Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR... #18

Visible to anyone in the world
Edited by Mathias Segura, Friday, 26 June 2020, 5:22 PM

zoom 15


R E V U E   D E   P R E S S E


"En revanche, on peut prendre le pari que, si la crise dure un petit peu, les pratiques pédagogiques en resteront durablement modifiées, et que chacun aura renforcé sa capacité à distinguer ce qui est vraiment essentiel". Catherine Baubin (publié le 24/03/2020 sur le site de Conservatoire de France) : https://conservatoires-de-france.com/gros-temps-sur-les-conservatoires/

A l'approche de la coupure estivale, les premiers éléments d'analyse, de bilan de la gestion de cette période de crise commencent à arriver. Nous souhaitions vous proposer quelques pistes de lectures revenant sur ce que nous vivons actuellement et sur les impacts à plus long terme.  

L ’ I M P A C T   S U R   L E S  
P R A T I Q U E S   A R T I S T I Q U E S


© IRMA Association

  • “Les musées post confinement : vers de nouvelles pratiques ?” :
    Mathilde Dougados et Bérénice Kübler, 2 doctorantes, ont analysé 78 pratiques muséales pendant le confinement et constaté des tendances récurrentes : ludification des contenus, détournement, démystification du musée. Une esquisse du musée « post-covid » ? (dixit l'Observatoire des politiques culturelles). --> Article disponible ici <--



À   P R O P O S   D E   P É D A G O G I E, 
D ' E N S E I G N E M E N T,   D ' A P P R E N T I S S A G E


© Rodolphe Escher pour Libération

  • Bruno Duvauchelle : Comme s'il suffisait de former les enseignants !!!
    “face au numérique former les enseignants n'aurait pas suffi, il aurait aussi fallu, il faudra former les autres acteurs de l'éducation. --> Article disponible ici <--

  • “Formation à distance : choisir le bon format”. Une présentation synthétique de 4 grands format de la formation à distance --> Article disponible ici <--



C O L L O Q U E

© Ludovia #17

  • Ludovia #17 du 24 au 27 Août 2020 : --> Article disponible ici <--
    Pour son édition 2020, le colloque scientifique de ludovia, lieu d’échanges et de réflexions, poursuit son exploration des problématiques posées par le numérique dans les pratiques éducatives et/ou ludiques en convoquant des approches pluridisciplinaires (arts, informatique, sciences de l’éducation, sciences cognitives, sciences de l’information et de la communication, etc. Présentation du thème de cette année Injonction(s) du numérique et appel à contribution : https://www.ludovia.fr/2020/03/12/appel-a-communications-du-colloque-scientifique-ludovia17/



À  L ' I N T E R N A T I O N A L


© burst

Il y a actuellement en ligne une littérature foisonnante sur le sujet (en langue anglaise principalement).

  • Comment les enseignants et les systèmes scolaires peuvent-ils faire face à la pandémie de COVID-19 ? Quelques enseignements tirés de TALIS” de Andreas Schleicher, Directeur de la Direction de l’éducation et des compétences, et conseiller spécial du Secrétaire général, chargé de la politique de l’éducation, au sein de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à Paris --> Article disponible ici <--

  • The Face of Education and the Faceless Teacher Post COVID-19” de Naginder Kaur and Manroshan Singh BhattUn article de recherche qui interroge l’enseignement sans visage à venir. (en anglais)  --> Article disponible ici <--


L A   P L A C E    D U   N U M É R I Q U E   D A N S   L A   S O C I É T É 

© Usbek et Rica

  • Oeuvrer à l'émergence d'un « autre numérique » est-il une impasse ?” Julia Laïnae et Nicolas Alep ont publié une charge contre les tentatives d’alternative numérique dans leur  livre Contre l’alternumérisme (éd. La Lenteur, 2020). Hubert Guillaud revient sur cet ouvrage dans Usbek et Rica --> Article disponible ici <--





Permalink
Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR... #17

Visible to anyone in the world

zoom 15


C O N F I N E M E N T   E T   C O N T I N U I T É  

P É D A G O G I Q U E   D A N S   L A   M U S I Q U E


Au cours de la période de confinement, la Confédération Musicale de France (CMF) a lancé deux enquêtes par voie électronique afin d’un peu mieux comprendre l’évolution et l’adaptation des pratiques pédagogiques dans ce contexte très particulier.

  1. La première enquête portait sur les pratiques pédagogiques des EEA :

128 personnes ont répondu, dont :

  • 13 Présidents (10%)

  • 51 Directeurs (40%)

  • 62 Professeurs (48%)

  • 10 Responsables pédagogiques (08%)   

A noter : les répondants pouvaient cocher plusieurs cases, ils peuvent donc avoir plusieurs profils différents.

  1. Le deuxième enquête portait plus particulièrement sur le maintien ou non des activités pendant le confinement et après le déconfinement:

Cette enquête a obtenu 456 réponses, à savoir :

  • 210 EEA (dont 88 écoles orchestres)

  • 246 orchestres

Pour les deux enquêtes, toutes les régions (à l’exception de la Corse) ont répondu, sans écart significatif de participation.


hjeXR39Q1yqwMWeWREJTP-RmDaKl6rdGnrQ2rbqcii0hTmOOmKEdUeynvzkU2E1ELEQLVjY2VWffr4uwsxyNnlyKJri2VyiaE-CuXK3Hz7JnFhZjrmBvPR5bfA52T2aKhA


Il faut noter que l’enquête est plus représentative des petites structures que de l’ensemble des EEA. En effet, la CMF est la seule fédération nationale à lier pratique collective et enseignement, il s’agit d’un réseau particulier, composé en grande partie d’écoles-orchestres, de moins de 50 élèves.


Comparaison du nombre d'élève d'EEA


Le confinement a eu des effets très différents en fonction du type d’activités des structures. Ainsi, malgré la fermeture des EEA, ceux-ci ont très majoritairement pu maintenir une continuité pédagogique, au contraire des ensembles, qui ont majoritairement arrêté leurs activités, même si plusieurs d’entre eux ont pu maintenir le lien grâce à la réalisation de vidéos d’orchestre à distance. Quelques établissements ont choisi un arrêt complet de leurs activités afin de ne pas pénaliser les familles moins équipées numériquement.


Les effets du confinement sur les activité des adhérents CMF


Parmi les EEA ayant maintenu un lien à distance avec leurs élèves :

  • 45% des répondants ont choisi d’utiliser des outils synchrones (en direct avec leurs élèves), avec de la visioconférence et des appels téléphoniques, en face à face ou en groupe, 

  • 40% ont opté pour des outils asynchrones (en temps différé) avec des échanges de fichiers entre professeurs et élèves.  

En termes d’évaluation, la majorité des EEA ont préféré annuler les examens au profit du  contrôle continu. Toutefois, ces chiffres sont à relativiser : la collecte des données s’est faite au plus fort de la période de confinement, quand un retour en présentiel semblait encore très hypothétique, et d’importantes évolutions peuvent avoir eu lieu depuis.


jEU6NCecu0bP-4a3Sh0TZe6OkILK7WgtSWncdIrgzhUkqtl2XnZYyMxdJ9tJFD6e1OxARXDBlW1ao0eqlTUItRb-smmSJi1aF2j1rqIaggpDZsP5u_mLkf6tmkybd_3yhA dRZGvmd3R7jcBnQ0YMs-yDvGB0-DNo2AfkgyJFF2FxIQX_b2lke7JwS9sFRvXUJVfEbKOk9dfF-CcFdS1w7dti3V-5Dv-MORXhvR1coWFO9PtevBH-729k4JRzweLhS-rw

 

Ces chiffres corroborent l’enquête menée par Cadence, le pôle musical de la région Grand Est, dont les réponses ont été principalement localisés en Alsace et en Franche Comté, et qui analysent plus en détail différentes pistes de mesures d’accompagnement à court et moyen terme.


Permalink
Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR... #16

Visible to anyone in the world
Edited by Mathias Segura, Friday, 12 June 2020, 6:03 PM

zoom 15


R E N C O N T R E   A V E C   L E   D O C T E U R 

 A N D R É - F R A N Ç O I S   A R C I E R  

D E   L A   M É D E C I N E   D E S   A R T S

Par Winona Munoz de la Confédération musicale de France

Le déconfinement pose de nombreuses questions auxquelles il peut être difficile de trouver des réponses claires, de par le manque de recul que nous avons vis-à-vis de l’épidémie de Covid-19. C’est notamment le cas pour les écoles de musique et les orchestres qui s’interrogent sur la possibilité de reprendre les cours et les répétitions en respectant les règles sanitaires. D’autre part, le débat concernant les risques d’émissions de gouttelettes ou de vapeurs par la pratique du chant ou des instruments à vent restent toujours présent.  

La Confédération musicale de France a rencontré à la fin du mois de mai par vidéoconférence le docteur André-François Arcier, fondateur de la Médecine des Arts, afin de trouver des premières pistes de réponses pour la reprise des activités musicales. 

Fondée il y a environ 35 ans, l’association de la Médecine des Arts s’intéresse à la santé des artistes, et notamment des musiciens et des danseurs. Elle a pour objectif de mettre en évidence les spécificités liées à la pratique musicale et artistique d’un point de vue médical et scientifique. Elle informe et forme les scientifiques, les médecins, les acteurs du domaine musical (musiciens professionnels, professeurs, amateurs…) et artistique sur ces sujets.

 --> Leur site :  https://www.medecine-des-arts.com/fr/articles/home.php

C.P : A propos des écoles de musique, est-ce qu’il y a des recommandations que vous feriez dans le cadre de la Covid 19 ?

Dr. Arcier : "À l’aide de deux études allemandes et de mes connaissances personnelles, j’ai rédigé un document." [...]

--> Disponible sur le site de la Médecine des Arts : --> Cliquez

img
  © Mischa Nawrata

L’air émane avec très peu de débit des [...] cuivres, des bois et des flûtes, mais on ne sait pas ce qui reste à l’arrivée de ce petit débit d’air [...] c’est pour cela qu’on part sur une distanciation entre les musiciens plus importante. Les Allemands préconisent 2 mètres. On ne connaît pas le risque réel.

D.G : Nous savons que le covid 19 atteint le système respiratoire. Certaines personnes pensent que les musiciens qui font appellent à leurs poumons pour jouer de leur instrument ont plus ou moins été préservé du virus. Est-ce qu’il y a eu des cas ? Avons-nous assez de recul pour l’affirmer ?

Dr. Arcier : "Oui, il y a dû avoir des cas, mais on ne sait pas qui, ni où, à cause de la faiblesse de la recherche en France. [...] Je comprends que des personnes se posent ces questions, mais nous n’avons pas assez d’éléments pour y répondre”

Le sujet qui revient à plusieurs reprises dans le discours du docteur Arcier est le manque de moyens donné à la recherche pour la médecine des arts en France actuellement. Il regrette en effet qu’il n’y ait pas assez de recherches scientifiques sur le domaine de la musique, notamment concernant les problèmes qu’on fait surgir la pandémie de Covid-19 et de la santé du musicien en général à cause du manque de financement ou de la complexité administrative. Il existe finalement très peu d’études et il est donc compliqué d’intégrer dans les structures, d’enseignement particulièrement, des outils de prévention et d’information claires pour informer les artistes. 

Le docteur Arcier en appelle à tous les acteurs du domaine musicale : musiciens, professeurs, directeur de structure, luthiers, élèves, parents d’élèves… Afin que chacun amène sa pierre à l’édifice et fasse en sorte que ces connaissances soient à la porté de tout le monde.

Pour aller plus loin, quelques articles abordant l’étude encourageante faite par le docteur Fritz Sterz avec l’Orchestre Philharmonique de Vienne sur la dispersion d’aérosols par les musiciens :

  • Résumé de l’étude publié sur le site officiel de l’Orchestre Philharmonique de Vienne (publication en allemand du 18 Mai 2020) : --> Cliquez

  • Traduction française de la publication sur le blog de Nicolas Stroesser : --> Cliquez

Ainsi qu’une étude réalisée en France par la doctorante Anne Maugue et les chercheurs du laboratoire de l’université de Nice Côte d’Azur. L’enquête mise en place avant le confinement cherche à relever la quantité d’air expiré et inspiré par les musiciens d’un orchestre de 31 musiciens. Les résultats préliminaires publiées récemment qui montrent un seuil relativement élevé selon la pratique musicale contredisent l’étude de Vienne  et en appellent à  la prudence : 

  • Article de la Lettre du Musicien du 5 Juin 2020 parlant de cette étude  : --> Cliquez 
D'autres articles sur le sujet :

  • Article du site Olyrix, média dédié à l’art lyrique, datant du 21 Mai 2020 : --> Cliquez

  • Article du site Diapason, du 20 Mai 2020 : --> Cliquez


Permalink
Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR... #15

Visible to anyone in the world
Edited by Mathias Segura, Friday, 12 June 2020, 5:59 PM

zoom 15


Quel environnement numérique pour les établissements d'enseignement artistiques spécialisé initial ou supérieur publics, ou associatifs ?


La période de confinement que nous traversons tous a montré à quel point les conservatoires, et les établissements d’enseignement supérieur du spectacle vivant n’étaient pas tous très équipés pour la mise à distance des enseignements, du moins
 au niveau des institutions. Cette situation s’explique aisément par la nature même de leurs missions, requérant une présence à soi et aux autres pour l’acte artistique qu’ils développent et pour la pédagogie à mettre en œuvre pour l’aborder. Cet état
 de fait a cependant donné à maintes entreprises privées, appartenant souvent aux GAFAM, fréquemment véritables Molochs des données personnelles, des gages importants pour continuer à… ne pouvoir se passer d’eux !

La soudaineté de la crise et l’urgence à trouver, vaille que vaille, des solutions de continuité pédagogique et administrative ont souvent conduit à repousser à plus tard toute interrogation de nature réglementaire (la RGPD, par exemple), éthique ou pratique.
 On comprend facilement pourquoi.Les enseignant·es se sont “débrouillé·es”. Elle et ils ont d’ailleurs fait preuve d’une imagination à la hauteur de la contrainte gigantesque qui pèse sur l’ensemble des pratiques artistiques et pédagogiques que nous faisons vivre habituellement. De
 son côté, l’administration a fait ce qu’elle a pu, gérant avec les outils dont elle disposait, une situation échappant au fond à tout le monde.

Voici le lien vers le dossier ressources d’un webinaire proposé par le Cefedem de Normandie et Conservatoires de France, partage d'expérience : https://nuage.cefedem-normandie.fr/s/zFeEFrieDMnm6aK
Vous
 pourrez y trouver :


  • une présentation PowerPoint.
  • une présentation écrite des contenus du webinaire.
  • un document reprenant notamment la question du RGPD (intervention de Maître Colliou, avocate).
  • un registre simplifié de la CNIL.
  • un montage vidéo chapitré des webinaires :
vidéo




Permalink
Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR... #14

Visible to anyone in the world
Edited by Sandrine Desmurs, Tuesday, 2 June 2020, 3:12 PM
zoom sur #14


M A S S I V E   O P E N  

O N L I N E   C O U R S E : M O O C


Il devient presque inutile de rappeler aujourd'hui que la crise a donné une place d'importance au numérique dans l'enseignement et notamment aux cours en ligne. Pour autant, le numérique n'a pas attendu la crise sanitaire pour développer des cours à distance et ouvrir le champ des possibles.

Aujourd'hui, nous avons choisi de faire un zoom sur les MOOC ou "Massive Open Online Course" que l'on peut traduire en français par "cours en ligne ouvert à tous".

Au départ, le Mooc part de l'idée de mettre à disposition à un large public des ressources éducatives libres. Cette notion, à l'initiative de l'Unesco (Organisation des nations unies pour l'éducation, la science et la culture) se développe en lien avec les technologies de l'information et de la communication et les programmes pédagogiques dont les objectifs sont de démocratiser un accès à l'éducation. Aujourd'hui, certains Mooc,  notamment dans le monde anglophone, peuvent accueillir jusqu'à 100 000 personnes pour un même cours. En France avec une arrivée en 2012, plusieurs plateformes répertorient des centaines de Mooc dans des domaines qui vont du développement informatique à la neuroscience. La musique aussi est un terrain fertile au développement de certaines conférences en lignes qui comme nous le verrons, sont de plus en plus accessibles gratuitement au grand public.



 D U   C Ô T É   D U   M O D È L E   P É D A G O G I Q U E

Avant d'entrer dans le partage de certains Mooc qui ont retenu notre attention, il est intéressant de savoir que en terme d’objectifs pédagogiques et aussi de démarche dans le contenu proposé, il existe deux grandes familles de Mooc : il y a les "xMOOC" qui visent à valider les compétences acquises en délivrant un certificat de réussite et il y a les "cMOOC" dont les objectifs d’apprentissage sont ouverts et dont les participants peuvent être créateurs de contenus. Enfin, il existe une dernière catégorie, de plus en plus présente, celle du travail en équipe et du travail en projet.



 D U   C Ô T É   D U   C O N T E N U   E N   M U S I Q U E

Il existe en France plusieurs plateformes qui proposent des Mooc portant sur tout un tas de sujets. "Fun Mooc" France université numérique (FUN) est la plateforme lancée en 2013 par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, hébergeant et diffusant les produits de formation en ligne des établissements de l’enseignement supérieur français et de leurs partenaires académiques dans le monde entier. Dans l'offre proposée, vous retrouvez certaines formations sur la musique.  Nous vous présentons  également "Mooc digital media.paris", propulsé en 2015 par L’Ecole Professionnelle Supérieure d’Arts Graphiques de la ville de Paris (EPSAA) la plateforme est destinée à un public en recherche de formation initiale comme à un large réseau de professionnels et bien entendu ouvert à toutes et tous. Au programme ici, des nombreux cours autour des cultures numériques et des pratiques artistiques digitales .

Aujourd'hui, avec la crise du covid-19, beaucoup de Mooc passés (ou non accessible à l'inscription) sont passés en mode "Archivé ouvert" c'est-à-dire complétement accessibles à n'importe quel moment. Voici une sélection non exhaustive :




 M O O C   À   L ' I N T E R N A T I O N A L

Comme dit plus haut, de grandes institutions également du champs artistiques se sont saisis du format MOOC et proposent des programmes de cours en ligne entre autre sur les «  grandes plateformes internationales » de MOOC que sont CourseraedX, and Kadenze. 

Ci dessous une sélection, là encore non exhaustive, mais donnant à voir la richesse des MOOC et de leurs contenus dans nos champs disciplinaires :



 L I E N S   E N   V R A C

  • Mooc le 07 juin 2020 "Peut-il y avoir une qualité de son décente dans l'apprentissage de la musique en ligne ? Le confinement va-t-il changer la façon dont nous consommons la musique ? La rémunération électronique fera-t-elle inévitablement partie du métier de musicien à l'avenir?" (en anglais) : https://www.tuas.fi/en/news/395/miracle-sound/

Permalink
Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR... #13

Visible to anyone in the world
Edited by Mathias Segura, Thursday, 28 May 2020, 9:51 AM

zoom #11


R E C H E R C H E R   D E  

L A   M U S I Q U E


Le plus souvent, la recherche d’un morceau de musique se base sur une connaissance préalable de l’œuvre: j’ai entendu une chanson à la radio, que je cherche à retrouver pour l’écouter. Or, le développement du numérique a permis l’émergence d’autres modes de recherches, qui vont au delà de la recherche par titre :

L A   R E C H E R C H E   P A R   A R T I S T E

De nombreux outils en ligne permettent de suggérer des artistes potentiellement intéressant en fonction de vos goûts. Citons :

music map image

  • GNOOSIC, l'outil de suggestion d'artiste, qui vous proposera des artistes en fonction de vos trois artistes préférés du moment. http://www.gnoosic.com :
gnoosic image


L A   R E C H E R C H E   P A R   G E N R E

Il est également possible de pouvoir faire des recherches par genre musical, même si, pour que cela soit efficace, une définition précise du genre soit nécessaire, et donc déjà une bonne expertise musicale :

everynoise image

Cette immense nuage de mots est tiré de tous les genres identifiés sur Spotify, et permet de se perdre des heures durant dans des genres musicaux très spécifiques, comme le hip hop mongol.

radioooooo

Le choix est moindre que sur Everynoise, mais l’approche historique et géographique de Radiooooo compense largement ce défaut. Il est possible de découvrir de la musique de quasiment tous les pays et pour chaque décennie (à l’exception incompréhensible de Malte).



L A   R E C H E R C H E   P A R   S O N

Shazam est de loin l’application la plus connue pour retrouver le titre d’une œuvre passant à la radio, mais il existe d’autres alternatives intéressantes :

Souvent moins connu que Shazam, ses fonctionnalités sont très proches, avec un ajout de taille: on peut également lui chantonner l’air d’une œuvre. Cela ne marche pas systématiquement, mais assez pour être très impressionnant. Ajoutons également que toutes les œuvres que vous avez fait écouter à l’application sont gardés en mémoire, de façon à pouvoir vous aider dans la constitution de playlist, même longtemps après la découverte initiale.


whosampled image

La démarche est ici un peu différente, et parlera plutôt aux amateurs de musique hip hop, qui repose sur la notion de sample, c’est à dire la reprise d’éléments musicaux issus d’autres artistes et remixés en une nouvelle œuvre. Whosampled vous permet de découvrir tous les samples d’une oeuvre que avez apprécié.




L A   R E C H E R C H E   S E N S I T I V E

Plusieurs tentatives de moteur de recherche sensitif pour la musique ont été lancé, reposant sur l’idée de recommandation musicale en fonction de son humeur et de son état d’esprit du moment. Leur succès et surtout leur durabilité ont été assez ténus…

  • L’application Moodsnap :

Aujourd’hui disparu, cette application reposait sur l’idée de cliquer sur l’image correspondant le plus à votre état d’esprit du moment pour qu’une playlist soit lancée


image saint médard en jalle

Ce catalogue de bibliothèque permet théoriquement de faire des recherches sensitives extrêmement précises en indiquant de 1 à 5 votre désir de trouver un enregistrement “drôle”, “énervé”, “lyrique”, etc. Si l’idée est intéressante, le travail de catalogage est énorme et surtout très subjectif, combiné à un catalogue trop restreint aboutissant finalement toujours aux mêmes résultats….


Q U E L Q U E S   L I E N S   E N   V R A C



Permalink
Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR... #12

Visible to anyone in the world
Edited by Mathias Segura, Friday, 15 May 2020, 4:58 PM

zoom #11



T H É Â T R E   E T   N U M É R I Q U E


Le théâtre, au même titre que la danse, est largement présent dans les conservatoires et écoles de musique en France, et comme pour toutes les autres disciplines artistiques, le numérique a pu impacter certaines pratiques, même si la force du théâtre n’est sans doute pas liée à la technologie, et que ces dispositifs ne révolutionnent pas l’art théâtral.



L E   N U M É R I Q U E   E T   L E S   C O M P A G N I E S

Si les outils multimédia et numériques ont infiltré les champs de l’audiovisuel et du cinéma, ils touchent également le spectacle vivant, à travers la création d’œuvres hybrides majoritairement traversées par l’image et le son, même si l’utilisation de la vidéo au théâtre est loin d’être nouvelle. Les nouveaux outils numériques changent les pratiques, non seulement du fait de l’usage des traitements de texte, mais des outils spécifiques à l’écriture scénographique, à tel point que le CNC a lancé une aide spécifique pour les expériences numériques.

Un certain nombre d’outils numériques sont donc apparus afin de faciliter le travail de préproduction, d’écriture, ou de scénographie. Ce travail peut se faire en amont de la création, notamment en utilisant dans une perspective patrimoniale des logiciels comme Rekall. Il s’agit d’un environnement open source conçu pour documenter, analyser les processus de création et faciliter la reprise des œuvres, en prenant en compte le processus de création, la réception et les différentes formes d’une oeuvre, ce qui peut alimenter la réflexion des auteurs et/ou scénographes. Rekall peut également servir à la reprise de spectacles par les compagnies.

 

Citons également l’émergence d’outils conçus pour l’écriture de scénario comme Celtx

 
 

Ou encore le projet de recherche Ossia (Open Scenario System for Interactive), dans le sens où il vise à standardiser un dispositif permettant de réaliser et/ou concevoir la conduite d’un spectacle, comme une partition unique, qui soit modélisable, avec des temporalités souples d’interprétations ou d’improvisations.


Parallèlement à ces outils, et même si les compagnies filment depuis longtemps leurs prestations, le développement du numérique les a amené à capter et surtout diffuser de façon plus massive leurs spectacles sur des plateformes numériques, faisant revenir un genre qui a actuellement quasiment disparu du petit écran : le théâtre filmé. Dans cet esprit, la forte utilisation des réseaux sociaux pendant la période actuelle de confinement a permis également à quelques initiatives intéressantes de se diffuser plus facilement que par le passé : citons notamment #àvousdejouer de Nicolas Briançon, un petit jeu entre comédiens reposant simplement sur l’idée de lire un extrait de 2 ou 3 minutes de Molière, Racine ou Corneille, sans considération de style ou de genre. Avec plus de 200 vidéos en 3 semaines, l’initiative a remporté un petit succès.

 




L E   N U M É R I Q U E   E T   L E S   S P E C T A T E U R S

L’essor du numérique est indissociable de l’évolution des pratiques culturelles : accès instantané à un répertoire illimité d'œuvres et de contenus, renouvellement des habitudes culturelles, des modèles de consommation culturelle, des repères et des réseaux de prescriptions, menace sur les droits d’auteurs et sur le financement des créateurs, bouleversement des comportements culturels de la nouvelle génération.

Ce bouleversement  des pratiques donne souvent l’image d’une consommation passive de vidéos. Pourtant, le Baromètre DJEPVA sur la jeunesse 2019 éclaire sur une grande diversité de pratiques culturelles chez les jeunes. Alors  que plus de 81% d’entre eux regardent en streaming des oeuvres audiovisuelles, 91 % d’entre eux ont également des activités créatrices amateurs impliquant donc une posture active et souvent des interactions sociales, même si le théâtre est une des activités les moins représentés: 14% à peine. Activités numériques et activités créatrices ne sont donc pas forcément concurrentes.

Le secteur pédagogique s’intéresse encore assez timidement au numérique appliqué au théâtre. Pour l’essentiel, il s’agit le plus souvent de mettre à disposition des captations et des analyses de textes, dans une perspective plus patrimoniale que formative. Les plateformes éducatives comme Eduscol, Educavox ou encore celle de l’académie de Nantes cataloguent des ressources bien plus à fin de se constituer une culture théâtrale que de donner des outils de pratique.

Pour aller plus loin, le site TMNLab  qui s’est fixé comme objectif d’observer, d’accompagner et surtout d’analyser les expérimentations numériques dans le domaine du théâtre, constitue une vraie mine d’or d’informations sur le sujet.

Permalink
Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR... #11

Visible to anyone in the world

zoom #11




La danse et le numérique

Par Winona Munoz, stagiaire à la Confédération Musicale de France


En ce temps de confinement, les relations entre les arts vivants et le numérique posent question. Parmi cela, la danse entretient depuis toujours un lien fort avec les nouvelles technologies et le numérique.

Des premières innovations techniques à l'avènement des réseaux sociaux, la danse a su se les approprier afin d’enrichir la création chorégraphique.

Le célèbre Merce Cunningham, chorégraphe américain post-moderniste (ou contemporain selon les points de vues) de la fin du XXème siècle, est l’un des pionniers dans l’utilisation du numérique dans son processus de composition. Connu pour avoir intégré le principe de hasard dans sa méthode de création, il participe en 1989 à la programmation de Life Forms, le premier logiciel permettant de formaliser informatiquement le mouvement. A l’origine conçu pour être utilisé comme outil complémentaire à la choréologie (système de notation du mouvement), Merce Cunningham se le réapproprie en 1999 pour son spectacle Biped, construit à partir des enchaînements de phrases dansées programmés par Life Forms. Le logiciel propose des possibilités inédites, mettant en évidence les limites physiques, esthétiques et sociales que s’impose inconsciemment l’esprit humain à son propre corps. 

 

 

 



Cette démonstration de la possible utilisation du numérique dans le processus de création chorégraphique en inspira plus d’un. C’est notamment le cas dans le domaine des danses urbaines, symbole de l'hybridation des cultures et des arts, qui s'intéresse rapidement à ce que peuvent leur proposer les innovations numériques.

Plus récemment, on retrouve notamment ce mélange des genres dans le spectacle Pixel de Mourad Merzouki. Chorégraphe français de la compagnie Käfig inscrit dans les mouvements Hip-Hop et contemporains, ils s’associent en 2014 avec Adrien Mondot, chercheur en informatique, et Claire Bardainne, experte dans les arts numériques, afin de proposer aux spectateurs une expérience sensorielle nouvelle. Dans Pixel, le corps entre directement en interaction avec les installations numériques, créant un espace corporel inédit à explorer.

 

 

Depuis l’arrivée de la réalité virtuelle, cette technologie a voulu conquérir le domaine de la danse. Devenu accessible au grand public ces dernières années, nous avons vu arriver de nombreux spectacles de danse adaptés pour être regardé à travers un casque de VR. Présenté au Théâtre de Chaillot au début de l’année, le spectacle VR_I  de Gilles Jobin propose aux spectateurs et spectatrices de s’immerger totalement dans l’oeuvre. Ils et elles peuvent ainsi se déplacer dans divers espaces tout en étant entourés des danseurs et danseuses et des autres spectateurs.

 

 

Bien que la création chorégraphique s’arme depuis peu de cette innovation, elle ne convainc malheureusement pas encore le domaine de l’enseignement de la danse, la trouvant contraignante pour les mouvements de la tête et des bras. Le début du confinement à vue accroître la présence de la danse sur Internet. En plus des cours faits en ligne depuis maintenant 2 mois, de nombreux projets collaboratifs voient le jour sur les réseaux sociaux. Parmi eux, le “cadavre exquis dansé”, inspiré du jeu littéraire, est très populaire. Le principe est simple : un ou une danseuse propose une phrase dansée, et chaque participant y ajoute sa contribution jusqu’à la création d’une chorégraphie collectif.

Une sélection de plusieurs “cadavres exquis dansés” réalisés par des amateur·es, des étudiant·es et des professionnel·les de la danse :

 



  • Les étudiant·es de l’Atlantique Ballet Compagnie se réunissent le temps d’une vidéo :
 
 


  • Les danseurs et danseuses de la région de Nantes proposent leur “Corps Exquis confiné-dansé” :

     
      


  • Dirigés par leur professeur·e de danse contemporaine, les élèves du conservatoire de Plaisir en région parisienne créaient ensemble une composition collective :

     
     




- S E L E C T I O N   D ' A R T I C L E S  -




Permalink
Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR... #10

Visible to anyone in the world
Edited by Mathias Segura, Friday, 24 April 2020, 6:10 PM

#10



La petite histoire de l'enseignement à distance...



Les circonstances sanitaires de ces dernières semaines l'a introduit comme une évidence, mais l'enseignement à distance n'a pas attendu l'épidémie pour se développer. Cette semaine à l'occasion du 10ème numéro "Zoom sur..." nous décidons de commencer par un peu d'histoire, on s'est alors posé la question : Ça commence quand et comment l'enseignement à distance ? C'est du côté de "Formation 3.0" (blog dédié à la formation, à l'éducation et à l'emploi des nouvelles technologies dans l'enseignement) que nous avons trouvé des réponses :


--> L'ensemble de l'article est disponible en cliquant sur l'image ou ici :
histoire de l'enseignement à distance


- E N   F R A N C E -

"En France, comme dans de nombreux autres pays, la formation à distance à commencé par un établissement privé : l’institut Eyrolles.  Le développement industriel exige du personnel  mieux formé et l’enseignement à distance fournit un outil de perfectionnement apprécié.

Mais il faudra attendre la seconde guerre mondiale pour la création d’un institut national de formation à distance.  Et encore, celui-ci sera provisoire, puisque le pays est en guerre.  C’est en 1939 que naît le Service d’Enseignement par correspondance.  En 1944, à la fin du conflit, il devient le Centre national d’enseignement par correspondance (CNEPC), dont le statut de « lycée » lui vaut d’assurer la scolarité des enfants malades, des invalides de guerre, etc. Il faudra encore plusieurs mutations et quelques décennies pour que ce service devienne le CNED ou Centre national d’enseignement à distance tel que nous le connaissons aujourd’hui."

L'histoire montre que l'enseignement à distance à évolué en fonction du développement technologique, qu'il ait été industriel ou numérique, le CNED en est un exemple. En 1959, le centre puise dans les technologies de la radio et de la télévision pour créer le Centre national de télé-enseignement, le CNTE. C'est en 1986 que le centre devient le CNED, sa mission : "dispenser et promouvoir un enseignement à distance, notamment en faisant appel aux techniques modernes de communication". 

--> "Histoire du CNED - Une histoire dans l'Histoire", article entier disponible ici <--

Alors quand est-il de l'enseignement à distance aujourd’hui, dans cette situation inédite de confinement ? Jean-Marie Gilliot, enseignant chercheur à l'université de Paris XI, dans "Enseigner à distance en situation d’urgence – Ce n’est pas de l’enseignement en ligne, C’est une mutation !" il analyse un article de EDUCAUSE (association américaine qui développe des réflexions sur l’enseignement utilisant le numérique) "The Difference Between Emergency Remote Teaching and Online Learning", et il explique :

"les modalités d’enseignement à distance proposées dans le cadre du confinement, se déploient dans un contexte fort différent du contexte classique de l’enseignement en ligne. Les auteurs proposent donc cette terminologie « enseignement à distance en situation d’urgence » (EDSU, emergency remote teaching ou ERT), pour distinguer cette nouvelle forme d’enseignement par rapport aux autres champs d’études liés à l’enseignement en ligne. D’un point de vue chercheur, je trouve cela tout à fait pertinent. Leur idée est également que lorsqu’il y aura des bilans de cette période si particulière, il n’y ait pas d’amalgame entre les solutions testées et vécues dans ce cadre avec les autres formes déjà existantes. Bref, de ne pas opérer une comparaison entre le face-à-face traditionnel et cette forme d’enseignement nouvelle pour en conclure n’importe quoi sur l’usage du numérique. La recherche en éducation en général, et donc aussi en intégrant les dimensions de technologies éducatives, est complexe, contextuelle, et nécessite de bien préciser les conditions d’usage."


--> L'ensemble de l'article est disponible ici <--



-  D É C O N N E X I O N  -


En région Auvergne Rhône-Alpes la première semaine des vacances scolaires se termine, nous parlions du temps de travail la semaine dernière et le temps du repos est venu pour une partie de l'équipe de l'expérimentation qui sera ainsi en congés.
Pas de "Zoom Sur... " la semaine prochaine mais pas d'inquiétude, nous mettons à votre disposition 4 podcasts réalisés par Sandrine Desmurs, responsable du développement numériques et formatrice pour la formation diplômante en cours d’emploi du Cefedem AuRA ainsi que Noémi Lefebvre, Docteur en science politique et responsable du centre d'études au Cefedem AuRA :




podcasts

 

-  L I E N S   E N   V R A C  -

  • Padlet (cliquez)  : "Ressources numériques - des outils, des récits d'expériences, des sites ressources, des articles..."


Permalink
Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR... #9

Visible to anyone in the world
Edited by Mathias Segura, Friday, 24 April 2020, 6:10 PM


Zoom sur #9_image



Enseignement à distance : quel cadre ?


La 5ème semaine de confinement s'est achevée et des pratiques numériques ce sont développées et se développent encore chaque jour. Cette semaine nous choisissons de prendre du temps pour parler "cadre". Du côté de l'enseignement spécialisée de la musique, les professionnels du secteur ont dû s'adapter et pour une grande majorité adopter de nouvelles manières de travailler tant dans les outils utilisés que dans l'organisation du temps de travail. Comment prendre du recul face à tout cela ? Voici quelques points de vigilances à connaitre pour appréhender au mieux cette nouvelle posture professionnelle.




-  L A   V I S I O C O N F É R E N C E  -


Le constat de la visioconférence comme outil privilégié qui s'est imposé pour assurer la continuité pédagogique avec les élèves soulève des questions de droit, d'éthique et de vie privé aussi bien pour l'élève, que pour l'enseignant. Ce sont ces questions qui sont notamment traitées par le syndicat national des musiciens de France (SNAM) "Guide de prévention des conduites à risque dans l’enseignement à distance" (cf. plus bas), voici entre autres, quelques conseils d'usage :


  • Faire signer une autorisation par les parents des enfants mineurs pour les cours en visio/audio à distance.
  • Rencontrer un parent par visio/audio lors de la mise en œuvre du processus (voire avant et après chaque cours).
  • Mettre en place des consignes précises : ne pas continuer un cours si l'enfant n'est pas présentable (habillement, cadrage..).

  • Limiter le caractère intrusif de la vision conférence (flouter l’environnement de travail élève/prof ou adopter un environnement de cours neutre).

  • Être vigilant à contrer les marques d’affection déplacées ou embarrassantes qu’un enfant ou un adolescent pourrait témoigner à son enseignant.

  • Signaler à sa hiérarchie tout comportement inadéquat de l’élève.

--> L'ensemble de l'article est disponible en cliquant sur l'image ou ici :

SNAM



-  L E   T E M P S   D E   T R A V A I L  -


Les évènements de ces dernières semaines ont indiscutablement précipités les enseignants vers du "télétravail". Il a fallu s'auto-former sur des plateformes, des outils et des logiciels. Cette nouvelle forme d’organisation nécessite de développer de nouvelles compétences individuelles et collectives. Il est important de comprendre que ces temps de d'appropriation font partis du temps de travail, ils contribuent à la déconstruction de l'équilibre entre vie professionnelle et vie privé. De même que les temps de disponibilité de l'enseignant, tout cela doit s'inscrire dans une charte collective au départ d'accords communs dans les structures comme l'indique le syndicat national des personnels de l'enseignement et de la formation privés :

"Dans le cadre de l’urgence sanitaire, les salariés ont été mis en télétravail en l’absence d’accord collectif ou de charte, dans cette situation : lorsque le salarié et l’employeur conviennent de recourir au télétravail, ils formalisent leur accord par tout moyen. Il est donc nécessaire qu’un écrit précisant les modalités pratiques du télétravail soit rédigé."

--> L'ensemble de l'article, qui aborde notamment la question du télétravail, du droit à l'image, et de la continuité pédagogique, est disponible en cliquant sur l'image ou ici :
 

SNPEFP




-  L I E N S   E N   V R A C  -

  • Le site "INFOBÉSITÉ" (cliquez)"une notion subjective qui décrit pour un individu, le sentiment d’être submergé par la connaissance potentielle, par le flux ininterrompu d’informations qu’il ne parvient ni à absorber ni à trier."

Permalink
Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR...#8

Visible to anyone in the world
Edited by Mathias Segura, Friday, 10 April 2020, 4:58 PM



- L'orchestre à distance -


Comme nous le disions la semaine dernière, en cette période de confinement, les professeurs de musique se mobilisent toujours plus pour continuer d’enseigner à distance. Aujourd'hui, si l’enseignement en face à face à pu trouver dans les outils de visioconférence un palliatif valable pour continuer les cours malgré le confinement, la situation est plus complexe pour les ensembles et orchestres.

La solution qui semble la plus évidente serait de faire de la télémusique, c’est à dire des interactions en temps réel, en direct et à distance, assurées par un réseau informatique qui permet aux musiciens répartis dans différents lieux distants de jouer ensemble de la même manière que s'ils étaient dans la même salle de concert. Mais les contraintes techniques sont plus fortes que dans une visioconférence classique : 

  • une bande passante très optimisée est nécessaire, dépassant la configuration standard de la plupart des connexions 

  • le temps de latence fait partie intégrante du son car il est généré par le système local du musicien et envoyé au travers du système en réseau. Or, pour que l'interaction musicale dans un concert en réseau soit perçue comme « naturelle », le temps de latence doit être inférieur à 30 millisecondes, en dessous du seuil de la perception humaine. S'il a trop de délai dans le système en réseau, cela rend difficile, sinon impossible, le jeu collectif.

Les logiciels Jammr ou celui open source Jamulus sont certainement les plus en pointe sur le sujet, même s’ils se concentrent sur l’audio uniquement, et qu’un excellent débit restera nécessaire.

Pour l’instant, le plus souvent les orchestres privilégient des outils de montage, permettant de superposer les vidéos et les pistes audio individuelles en une seule vidéo. Certains, comme l’orchestre de Philadelphie aux États-Unis ont préféré mettre en avant les différentes parties des musiciens :

 

 

D’autres préfèrent un rendu valorisant le son de l’orchestre, comme le Brass band "Gouttes de cuivre" avec leur reprise de "THRIFT SHOP" :

 

 

Dans tous les cas, la réalisation d’un morceau par un orchestre à distance nécessitera quelques heures de travail et de montage. En compilant plusieurs expérimentations, il en ressort qu’il faudra notamment :

  1. Choisir une pièce de préférence déjà bien maîtrisée par l’orchestre ou le choeur, sachant que la rapidité et les changements de rythme sont autant de difficultés supplémentaires pour l’enregistrement. 

  2. Disposer d’un enregistrement préalable et filmer le chef d’orchestre en train de le diriger

  3. Demander aux musiciens de se munir d’un appareil muni d’une caméra et d’un micro, et idéalement d’un deuxième appareil avec des écouteurs pour voir la vidéo du chef d’orchestre et écouter la pièce originale. Pour faciliter le montage, pensez bien à vous mettre d’accord sur l’orientation de la vidéo (vertical ou horizontal) et sur le format du fichier de la vidéo. Pensez également aux autorisations de droit à l’image.

  4. Envoyer tous les fichiers au(x) monteur(s). Plusieurs logiciels et application, gratuits ou non, plus ou moins facile d'utilisation, existent, notamment :

  5. - Acappela (pour 9 musiciens au maximum)
    - Filmora
    - Shotcut
    - Da Vinci Resolve

  6. S’occuper du visuel. Plusieurs approches sont possibles, selon vos compétences en montage : soit l’écran est divisé en autant de cases que de musiciens, soit les musiciens sont chacun mis en avant quelques instants.  Plus il y a d’images différentes, plus l’exportation sera longue. Selon la puissance de l’ordinateur, prévoyez de pas pouvoir l’utiliser pendant plusieurs heures. YouTube et les autres plateformes s’occupent le plus souvent de compresser les vidéos pour le streaming. Pour assurer la meilleure qualité possible, envoyez un vidéo de la meilleure qualité possible.


- P É D A G O G I E : R É C I T  D ' E X P E R I E N C E  -

Antoine Aureche - Professeur de musique (CCMP de l'Ain)

Nous avons échangé avec Antoine Aureche auteur de la vidéo "Over Hill" (cf ci-dessous). Il explique :
"Son : Les élèves se sont enregistrés pour la plupart avec leur téléphone portable, deux avaient un micro branché sur une carte son. J'ai complété avec une orchestration réalisée sur Cubase (avec essentiellement des plugs de Komplete, Native Instruments)

Images : en provenance des téléphones portables des élèves et de leurs familles + images dans le jardin produites avec mon matériel personnel (reflex Canon avec 50 et 100mm à focale fixe, montage et étalonnage dans mon studio)"


  • OVER HILL - 23 GUITARISTES CONFINÉS :

 

 

Effet intéressant supplémentaire du confinement : ce type d’orchestre à distance dépasse le périmètre habituel de l’orchestre, en permettant à des musiciens qui ne se connaissent pas forcément de participer malgré la distance, à l’exemple de ce qu’organise l’Ensemble Musical du Sud ou encore la Symphonie confinée reprenant la Tendresse de Bourvil :

  

 



-  D ' A U T R E S   E X E M P L E S  -



  • FLÛTE AU CONSERVATOIRE DE RENNES  -  LE VOL DU BOURDON :
  
 



  • ENSEMBLE KLEZEMER DU CONSERVATOIRE DE SAINT-DENIS : OYUN HAVASI
 
 



  • CONSERVATOIRE DES LANDES ET L'ASSOCIATION L'ESQUIRÒT :  AMOR D'AUSSAU "EMBARRAMENT"
 
 



-  Q U E L Q U E S   O U T I L S   E N   V R A C   -










Permalink
Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR... #7

Visible to anyone in the world
Edited by Mathias Segura, Friday, 3 April 2020, 2:09 PM



- L'enseignement de la musique

 à l'étranger durant le confinement -

Par Winona Munoz, stagiaire à la Confédération Musicale de France


En cette période de confinement, les professeurs de musique du monde entier se mobilisent pour continuer d’enseigner à distance.

A chaque pays sa méthode ! Tout en respectant les mesures prises par les différents gouvernements, chacun use de sa créativité pour rendre ce moment compliqué plus agréable à vivre.

Comme en France, la tendance mondiale se tourne vers les cours en ligne à l’aide de logiciels de vidéoconférence (Skype, ZOOM, Discord…). Utilisée en Chine, rapidement après le début d’un long confinement, la méthode a vite été adoptée par une grande partie des pays touchés par l’épidémie de Covid-19.

Pour leurs partisans, les cours en ligne permettent d’entretenir un lien avec les élèves et de garder un bon rythme de travail. Les écoles de Halle en Allemagne et de Cleveland aux Etats-Unis pensent même continuer de l’utiliser à la fin du confinement pour permettent aux élèves absents de rattraper leur retard ou comme compléments éducatifs pouvant faciliter le travail à la maison.

Certains, comme l’école de musique de Benavente en Espagne, utilisent les fonctionnalités vidéo de facebook pour faire passer leurs auditions de fin de cycle. Ils ont compté sur l’investissement de leurs élèves qui ont publié eux-mêmes leur propre vidéo sur le célèbre réseau social.

Bien que cette méthode n’offre pas une bonne qualité de son ou la possibilité de jouer en groupe, une classe d’un collège/lycée d’une base américaine située en Italie a trouvé la solution pour pallier ce problème. En effet, Antone Leustek, le professeur de musique, a édité et publié une vidéo réunissant ses élèves sur la chanson Heavenly Father en a cappella. Le post a été partagé presque 3.000 fois et liké 2.700 fois, montrant qu’il est possible de chanter ensemble grâce aux nouvelles technologies.

--> vidéo : https://www.facebook.com/SigonellaCS/videos/229472994915404/

    Enfin, la solidarité et le partage sont aussi les mots d’ordre durant cette période instable. En effet, de nombreux groupes facebook consacrés à l’enseignement de la musique se veulent très actifs depuis le début du mois de février. Un grand nombre de professeurs échangent leurs astuces et leurs méthodes d’apprentissage, tout en exprimant leur soutien mutuel. L’un des plus dynamiques est le groupe International Music Teachers Exchange, qui, comme son nom l’indique, réunit plus 8.000 enseignants du monde entier. Bien qu’il demande quelques notions d’anglais, il regorge de ressources et de conseils pour enseigner à distance.

--> vidéo : https://www.facebook.com/groups/362815390754879/

 


-  Q U E L Q U E S   A R T I C L E S  -




E N   E U R O P E

L’association européenne des conservatoire AEC réalise un recensement collaboratif des ressources et outils numériques pendant la période de confinement:

I T A L I E

Les professeurs de l’académie de musique de Pinerolo ont fait une série de vidéos où ils partagent leurs conseils aux étudiants pour continuer de pratiquer durant le confinement:


R O Y A U M E - U N I

Le groupe facebook UK Music Teachers réunissant plus de 5.000 professeurs de musique britannique : https://www.facebook.com/groups/ukmusicteachers/ 

 L’ISM (Incorporated Society of Musicians) a publié plusieurs articles sur l’application des mesures pour les écoles de musique et les musiciens au Royaume-Uni. Ils informent les professeurs et les musiciens sur des questions pratiques et financières :


A L L E M A G N E

Il s’agit d’un article abordant les avantages de l’enseignement de la musique en ligne. Malgré l’impossibilité de pouvoir réellement jouer ensemble et les problèmes liés au mauvais retour du son, ils expliquent que les professeurs peuvent continuer d'exercer leur métier (et d’être payés comme il faut) grâce à cette méthode. Les professeurs pensent continuer à utiliser les cours en ligne comme complément des cours traditionnels :


E S P A G N E

L’école de musique de Benavente réalise ses auditions en utilisant les fonctionnalités de facebook et des réseaux sociaux pendant le confinement :


É T A T S - U N I S

Un professeur de musique d’un collège/lycée situé sur une base américaine en Italie a créé une compilation vidéo de ses élèves en train de chanter de chez eux pendant le confinement : 

Un couple de musiciens de Cleveland enseignant à leur domicile parlent de leur expérience avec les cours en ligne :   

Un article sur une école de musique dans le Montana dont le professeur est lui aussi passé sur les cours en ligne. Il explique rencontrer des difficultés : seulement 12 de ses 150 élèves prennent vraiment les cours en ligne et il est difficile de corriger un élève sans être à côté de lui. Cependant, il  semble penser que la méthode peut permettre la survie de son école : 


M E X I Q U E

Cet article parle de la suspension des cours pour les structures enseignant les arts au Mexique : 


C H I N E

Un petit article abordant les moyens mis en place pour continuer l’enseignement artistique, et notamment les cours en ligne, durant le confinement en Chine : 

Un étudiant américain enseignant la musique à Shanghai parle de son expérience pendant le confinement :


T U R Q U I E 

Cet article d’un journal turc parle de la mise en place de cours virtuel pour les enseignements artistiques pendant la pandémie dans le pays : 




Permalink
Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR... #6

Visible to anyone in the world
Edited by Mathias Segura, Friday, 27 March 2020, 3:05 PM



- La partition et le numérique -


Cette semaine nous vous présentons différentes ressources concernant les partitions à l’heure du numérique qui pourront vous être utiles dans les prochaines semaines.


- Différents modèles économiques -

À l’heure actuelle, la partition numérique est loin d’être une évidence : les offres sont encore limitées, pas toujours légales, et cela nécessite non seulement l’acquisition de tablettes grand format aux prix élevés -et fragiles de surcroît- mais également, pour être vraiment fonctionnelles, de bénéficier d’une bonne connexion Internet, dont sont encore privés nombre de conservatoires et écoles de musique.

En 2019, une enquête menée par Claire Cappé pour son mémoire de stage auprès des professeurs et du personnel administratif de l’ensemble des EEA a permis d’identifier un peu plus précisément leurs habitudes et besoins. Au final, plus de 330 personnes y ont répondu, dans des proportions représentatives des différents statuts des EEA.

Trois personnes sur quatre déclarent ainsi préférer la version papier, mais ils sont tout autant à quand même utiliser des offres numériques pour découvrir des partitions. La demande semble principalement se diriger vers des partitions majoritairement gratuites et/ou libres de droit, permettant aux utilisateurs d’imprimer eux-mêmes ce dont ils ont besoin, usage qui se situe aux antipodes du modèle traditionnel de l’édition de partitions.

Toutefois, ces offres numériques ne semblent pas non plus répondre à tous les besoins de partitions : la musique d’ensemble est particulièrement recherchée, peut-être en raison d’une augmentation de la pratique collective en EEA. Or, celle-ci est relativement rare parmi les offres numériques gratuites, et souvent compliquée à chercher : rares sont en effet les catalogues permettant d’identifier des partitions en fonction de formations aux effectifs et aux instruments très variables.


- L’édition traditionnelle -

Comme dans la plupart des industries culturelles, le marché de l’édition de partitions en France est un oligopole à frange, où quelques grands groupes concentrent la majorité de ventes, une myriade de petits éditeurs se partageant le reste. C’est le plus souvent chez ces derniers qu’une offre numérique ce développe, les plus grands groupes privilégiant le papier. Citons notamment les éditions :

Qui permettent l’achat de partition au format PDF, malgré le risque de copie. Toutefois, ce n’est le plus souvent qu’une copie du papier sur un support numérique, sans ajouts de fonctionnalités supplémentaires, comme l’ajout de pistes sonores, la tourne de page automatique,.


- La partition sous licence -

L’essor du numérique a également permis à des modèles économiques différents du circuit traditionnel d’émerger. Le site Free-scores --> (https://www.free-scores.com/) en est un des exemples. Ici, l’éditeur se transforme plutôt en hébergeur de partitions, laissant chaque compositeur libre de fixer lui-même le prix de vente de son œuvre, y compris gratuit. Le système étant reconnu par la SACEM, les compositeurs peuvent en effet préférer renoncer au prix de vente de leurs oeuvres pour en favoriser la diffusion, et se rémunérer par les droits d’auteurs reçus à chaque interprétation publique. Mais comme pour l’édition traditionnelle, il ne s’agit le plus souvent « que » de partitions en format PDF, sans fonctionnalités supplémentaires.


- La partition libre de droit -

Techniquement proche de la partition sous licence, mais philosophiquement différente, la partition libre de droit repose sur le choix délibéré d’un compositeur de renoncer à ses droits d’auteurs. Différentes licences existent, mais les plus connues sont certainement les licences Creative Commons, qui permettent d’exclure différents usages : modifications et usage commercial notamment. Les licences Creative Commons sont également reconnues par la SACEM, et ouvre droit à rémunération dans certaines conditions. Le logiciel Musescore --> (https://musescore.org/), pendant libre de logiciels d’édition de partitions comme Finale ou Sibelius comprend également une communauté active alimentant un catalogue de partitions en Creative Commons, bénéficiant cette fois de fonctionnalités supplémentaires.


- La partition du domaine public -

En France, et dans la plupart des pays occidentaux, le droit d’auteur est fixé actuellement à 70 ans après la mort du compositeur, avec d’éventuelles prorogations. Mais il faut également distinguer l’œuvre intellectuelle de sa matérialisation : le droit d’auteur est également applicable à la mise en page d’une partition.

Certains sites, comme l’IMSLP --> (https://imslp.org/wiki/Main_Page) ou encore son équivalent spécialisé pour les chorales le CPDL --> (https://www.cpdl.org/), mais également Gallica, le portail de la Bibliothèque Nationale de France (https://gallica.bnf.fr/html/und/partitions/partitions?mode=desktop) ont entrepris numériser les partitions suffisamment anciennes pour que le contenu et l’objet soient tous deux dans le domaine public. Ces œuvres sont donc dès lors diffusables et interprétables librement, sans contreparties financières. En fonctions des sources et des sites utilisés, les partitions auront des fonctionnalités supplémentaires plus ou moins avancées.


- La partition en streaming -

Nouveau secteur, le streaming de partitions en est encore à ses balbutiements. A l’instar de services de diffusion de films et séries comme Netflix, l’idée est de pouvoir accéder en illimité à un catalogue de partitions issues de plusieurs éditeurs en échange d’un abonnement mensuel, sans possibilité toutefois de téléchargement permanent ou d’impression. Citons notamment Nkoda (https://welcome.nkoda.com/), vaste catalogue de plus de 100 000 partitions (la grande majorité étant dans le domaine publique) ainsi que Metronaut --> (https://www.antescofo.com/fr/) et NomadPlay --> (https://www.nomadplay.fr/), deux plateformes françaises au catalogue nettement plus restreint, mais y associant systématiquement des enregistrements. Même si cela est en passe de changer, les services numériquement natifs tendent cependant à disposer essentiellement de partitions du domaine public et donc un ne disposer que d’un répertoire ancien.


- Augmenter la partition -

Citons pour finir deux outils aux modalités un peu différentes, puisque visant en priorité une augmentation de vos partitions :

  • Newzik --> (https://newzik.com/), une application permettant notamment la gestion de partitions numériques, aussi bien en format PDF que XML, et surtout le partage d’annotations pour tout un orchestre. Newzik s’est également associé à plusieurs éditeurs, permettant l’achat ou la location de partitions

  • ChorusPoint --> (http://www.choruspoint.com/), une application permettant de transformer une partition papier en partition numérique par l’ajout d’un calque qui gère la tourne de page, le tempo, le volume des différentes pistes sonores, etc. Ce système présente l’intérêt de pouvoir s’appliquer à toutes les partitions que vous possédez, sans exception, indépendamment du droit d’auteur.



Permalink
Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR... #5

Visible to anyone in the world
Edited by Mathias Segura, Friday, 27 March 2020, 3:11 PM



- Le groupe Facebook "Enseignement

artistique à distance" -


La période dans laquelle nous sommes tous plongé·es aujourd'hui est complétement inédite et oblige le milieu de l'enseignement artistique, comme beaucoup d'autres, à s'adapter. Cette adaptation si elle est pas toujours évidente à réaliser, elle est créditée d'une mobilisation des acteurs un peu partout en France, c'est pourquoi en starring cette semaine nous avons décidé de vous présenter le groupe Facebook "Enseignement artistique à distance" crée par Thomas Seyssel.


Avec plus de 5900 membres, le groupe propose de rassembler les actrices et les acteurs de l'enseignement artistique autour de la question de la continuité pédagogique. Entre récit d'expériences, manières de faire et propositions variées, ce groupe regorge d'idées pour explorer, expérimenter et découvrir de nouvelles pratiques.


Aussi, une multitude de documents pdf (tuto, fiches, repertoires..) et un compte rendu régulièrement mis à jour Par Thomas Seyssel sont disponibles en téléchargement. N'hésitez pas à vous rendre sur la page et faire votre demande d'adhésion.




Permalink
Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR...#4

Visible to anyone in the world
Edited by Mathias Segura, Friday, 27 March 2020, 3:12 PM



- Quelques outils de visioconférence -


Cette semaine nous vous présentons différents outils de visionconférence qui pourront vous être utiles dans les prochaines semaines.



[ 1 ] BigBlueButton

(cliquez)

BigBlueButton est disponible directement sur le site web officiel de l'outil, pour cela il est nécessaire de créer un compte utilisateur (--> en suivant ce lien). Avec un compte il est possible de créer une session de visioconférence, les utilisateurs qui rejoignent la session n'ont pas besoin de créer un compte pour bénéficier de l'outil. Une session propose notamment : des notes collaboratives, un tableau blanc interactif, du partage de documents (pdf, image, ppt) en direct...


  
bbb


—————————————————————————————————————


[ 2 ] Framatalk

(cliquez)


Framatalk est un logiciel libre proposé par l'association Framasoft (Le but de Framasoft est de proposer, principalement en ligne, un ensemble d’outils libre, découvrez les projets --> ici <-- ).


Framatalk vous permet de discuter avec vos interlocuteurs sans installation de logiciel, ni inscription. Tout se passe directement depuis votre navigateur web. Il vous suffit de cliquer sur "Créer un salon" puis de partager l'URL de la session à vos interlocuteur. L'outil n'offre pas de tableau interactif ni de partage de document en direct, un chat est disponible.

framatalk
 

————————————————————————————————————


[ 3 ] ZOOM


ZOOM permet la création d'une session de visionconférence à partir de la création d'un seul compte gratuit sur le site web officiel de l'outil. Une session avec un compte gratuit permet d'inviter jusqu'à 100 personnes durant 40 minutes max. Le partage d'écran, tableau intéractif et chat disponible. Possibilitée de programmer une réunion, l'invitation des utilisateurs peut également se faire une fois la session créée.


zoom
 

—————————————————————————————————————


Sur le même principe que ZOOM, l'outil Whereby permet une partage d'écran, un chat. La version gratuite est limitée à 4 personnes mais le temps de visioconférence est illimité. Il est également nécessaire de créer un compte.



whereby

 
—————————————————————————————————————

 (cliquez)

L'outil certainement le plus connu, permet la création d'une réunion à distance par visio sans inscription ni téléchargement.



skype



Et quelques autres outils encore en vrac ...




Permalink
Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR...#3

Visible to anyone in the world
Edited by Mathias Segura, Friday, 27 March 2020, 3:14 PM



- "Chanter sur le livre à la renaissance" -


Cette semaine nous vous présentons la chaine youtube « Chanter sur le livre à la Renaissance » de Barnabé Janin, enseignant  les langages musicaux Renaissance et baroque (du XVe au XVIIIe siècle) au CNSMD de Lyon, et auteur du manuel pratique : Chanter sur le livre à la Renaissance, par B. JANIN (Symétrie, 2014). https://symetrie.com/fr/titres/chante

Au départ, Barnabé a construit cette chaine de manière dissociée de ses cours au CNSMDL, voulant s’adresser à une large audience. Jusqu’au moment où il s’est rendu compte que ses élèves aussi regardaient ses vidéos et qu’il pouvait donc s’en servir dans le cadre pédagogique du CNSMDL.


Nous vous invitons entre autre à regarder la vidéo de présentation ci-dessous qui indique l’objectif de cette chaine et la manière dont les vidéos qu’elle contient sont construite. Découvrez plus bas son dernier travail avec "2 voix - Gymel en 3ces et 6tes".




 
 

—————————————————————————————————————

[ 2] "2 voix - Gymel en 3ces et 6tes"


 
 



Permalink
Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR...#2

Visible to anyone in the world
Edited by Mathias Segura, Friday, 27 March 2020, 3:15 PM




- CREAMUS : création musicale à l'école et au delà -


Le GRM a joué un rôle majeur dans le développement et la théorisation d'une pédagogie de la musique, fondée à la fois sur l'exploration concrète des sources sonores et sur l'invention. CREAMUS vous propose de découvrir ces pratiques d'écriture du son et de création musicale au travers de connaissances regroupées dans la partie de leur site web (en lien ici : https://creamus.inagrm.com/co/news.html) qui se nomme «Ressources» et de les mettre en perspective avec la partie «Pratiques pédagogiques» actuelles. Vous trouverez également sur leur site web des récits d’expériences pédagogiques et des ressources théoriques autour du son et de la création sonore. Pour vous donner une idée, voici une sélection de deux récits d'expériences :



[ 1 ] "Les musiques étranges de l'école du Bois des Pesses"

(cliquez)



—————————————————————————————————————


Permalink
Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR... #1

Visible to anyone in the world
Edited by Mathias Segura, Friday, 27 March 2020, 3:15 PM


- L'école de musique connectée -


Mené depuis 2017 par Marie-Aline Bayon, directrice de l’école de musique de Solaure (42), le projet à pour but de créer un réseau pour connecter les structures entre elles, développer une réflexion pédagogique dédiée aux nouvelles technologies, et notamment faire valoir son action auprès du Ministère de la Culture.  « L’école de musique connectée » souhaite repenser le cadre pédagogique en école de musique. Le potentiel des outils numériques est largement défendu par le projet pour développer de nouvelles démarches pédagogiques en offrant un accompagnement des élèves hors les murs. Pour découvrir encore un peu plus les actions de la structure, c'est par ici :


    
 

Le projet a aussi pour but de créer un réseau pour connecter les structures entre elles et développer une réflexion pédagogique dédiée aux nouvelles technologies. Le site de l'école de musique connectée est accessible ici : http://ecoledemusiqueconnectee.fr/le-projet



—————————————————————————————————————




- Les baguettes connectées Senstroke -


Du côté du récit d'expérience, c'est le professeur de batterie de l'école de musique de Solaure qui test pour l'école les baguettes connectées de Redison Music.

  
 

 
Permalink

This blog might contain posts that are only visible to logged-in users, or where only logged-in users can comment. If you have an account on the system, please log in for full access.

Total visits to this blog: 15224