Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR...#8

Visible to anyone in the world
Edited by Mathias Segura, Friday, 10 April 2020, 4:58 PM



- L'orchestre à distance -


Comme nous le disions la semaine dernière, en cette période de confinement, les professeurs de musique se mobilisent toujours plus pour continuer d’enseigner à distance. Aujourd'hui, si l’enseignement en face à face à pu trouver dans les outils de visioconférence un palliatif valable pour continuer les cours malgré le confinement, la situation est plus complexe pour les ensembles et orchestres.

La solution qui semble la plus évidente serait de faire de la télémusique, c’est à dire des interactions en temps réel, en direct et à distance, assurées par un réseau informatique qui permet aux musiciens répartis dans différents lieux distants de jouer ensemble de la même manière que s'ils étaient dans la même salle de concert. Mais les contraintes techniques sont plus fortes que dans une visioconférence classique : 

  • une bande passante très optimisée est nécessaire, dépassant la configuration standard de la plupart des connexions 

  • le temps de latence fait partie intégrante du son car il est généré par le système local du musicien et envoyé au travers du système en réseau. Or, pour que l'interaction musicale dans un concert en réseau soit perçue comme « naturelle », le temps de latence doit être inférieur à 30 millisecondes, en dessous du seuil de la perception humaine. S'il a trop de délai dans le système en réseau, cela rend difficile, sinon impossible, le jeu collectif.

Les logiciels Jammr ou celui open source Jamulus sont certainement les plus en pointe sur le sujet, même s’ils se concentrent sur l’audio uniquement, et qu’un excellent débit restera nécessaire.

Pour l’instant, le plus souvent les orchestres privilégient des outils de montage, permettant de superposer les vidéos et les pistes audio individuelles en une seule vidéo. Certains, comme l’orchestre de Philadelphie aux États-Unis ont préféré mettre en avant les différentes parties des musiciens :

 

 

D’autres préfèrent un rendu valorisant le son de l’orchestre, comme le Brass band "Gouttes de cuivre" avec leur reprise de "THRIFT SHOP" :

 

 

Dans tous les cas, la réalisation d’un morceau par un orchestre à distance nécessitera quelques heures de travail et de montage. En compilant plusieurs expérimentations, il en ressort qu’il faudra notamment :

  1. Choisir une pièce de préférence déjà bien maîtrisée par l’orchestre ou le choeur, sachant que la rapidité et les changements de rythme sont autant de difficultés supplémentaires pour l’enregistrement. 

  2. Disposer d’un enregistrement préalable et filmer le chef d’orchestre en train de le diriger

  3. Demander aux musiciens de se munir d’un appareil muni d’une caméra et d’un micro, et idéalement d’un deuxième appareil avec des écouteurs pour voir la vidéo du chef d’orchestre et écouter la pièce originale. Pour faciliter le montage, pensez bien à vous mettre d’accord sur l’orientation de la vidéo (vertical ou horizontal) et sur le format du fichier de la vidéo. Pensez également aux autorisations de droit à l’image.

  4. Envoyer tous les fichiers au(x) monteur(s). Plusieurs logiciels et application, gratuits ou non, plus ou moins facile d'utilisation, existent, notamment :

  5. - Acappela (pour 9 musiciens au maximum)
    - Filmora
    - Shotcut
    - Da Vinci Resolve

  6. S’occuper du visuel. Plusieurs approches sont possibles, selon vos compétences en montage : soit l’écran est divisé en autant de cases que de musiciens, soit les musiciens sont chacun mis en avant quelques instants.  Plus il y a d’images différentes, plus l’exportation sera longue. Selon la puissance de l’ordinateur, prévoyez de pas pouvoir l’utiliser pendant plusieurs heures. YouTube et les autres plateformes s’occupent le plus souvent de compresser les vidéos pour le streaming. Pour assurer la meilleure qualité possible, envoyez un vidéo de la meilleure qualité possible.


- P É D A G O G I E : R É C I T  D ' E X P E R I E N C E  -

Antoine Aureche - Professeur de musique (CCMP de l'Ain)

Nous avons échangé avec Antoine Aureche auteur de la vidéo "Over Hill" (cf ci-dessous). Il explique :
"Son : Les élèves se sont enregistrés pour la plupart avec leur téléphone portable, deux avaient un micro branché sur une carte son. J'ai complété avec une orchestration réalisée sur Cubase (avec essentiellement des plugs de Komplete, Native Instruments)

Images : en provenance des téléphones portables des élèves et de leurs familles + images dans le jardin produites avec mon matériel personnel (reflex Canon avec 50 et 100mm à focale fixe, montage et étalonnage dans mon studio)"


  • OVER HILL - 23 GUITARISTES CONFINÉS :

 

 

Effet intéressant supplémentaire du confinement : ce type d’orchestre à distance dépasse le périmètre habituel de l’orchestre, en permettant à des musiciens qui ne se connaissent pas forcément de participer malgré la distance, à l’exemple de ce qu’organise l’Ensemble Musical du Sud ou encore la Symphonie confinée reprenant la Tendresse de Bourvil :

  

 



-  D ' A U T R E S   E X E M P L E S  -



  • FLÛTE AU CONSERVATOIRE DE RENNES  -  LE VOL DU BOURDON :
  
 



  • ENSEMBLE KLEZEMER DU CONSERVATOIRE DE SAINT-DENIS : OYUN HAVASI
 
 



  • CONSERVATOIRE DES LANDES ET L'ASSOCIATION L'ESQUIRÒT :  AMOR D'AUSSAU "EMBARRAMENT"
 
 



-  Q U E L Q U E S   O U T I L S   E N   V R A C   -










Permalink