Picture of Mathias Segura

ZOOM SUR... #16

Visible to anyone in the world
Edited by Mathias Segura, Friday, 12 June 2020, 6:03 PM

zoom 15


R E N C O N T R E   A V E C   L E   D O C T E U R 

 A N D R É - F R A N Ç O I S   A R C I E R  

D E   L A   M É D E C I N E   D E S   A R T S

Par Winona Munoz de la Confédération musicale de France

Le déconfinement pose de nombreuses questions auxquelles il peut être difficile de trouver des réponses claires, de par le manque de recul que nous avons vis-à-vis de l’épidémie de Covid-19. C’est notamment le cas pour les écoles de musique et les orchestres qui s’interrogent sur la possibilité de reprendre les cours et les répétitions en respectant les règles sanitaires. D’autre part, le débat concernant les risques d’émissions de gouttelettes ou de vapeurs par la pratique du chant ou des instruments à vent restent toujours présent.  

La Confédération musicale de France a rencontré à la fin du mois de mai par vidéoconférence le docteur André-François Arcier, fondateur de la Médecine des Arts, afin de trouver des premières pistes de réponses pour la reprise des activités musicales. 

Fondée il y a environ 35 ans, l’association de la Médecine des Arts s’intéresse à la santé des artistes, et notamment des musiciens et des danseurs. Elle a pour objectif de mettre en évidence les spécificités liées à la pratique musicale et artistique d’un point de vue médical et scientifique. Elle informe et forme les scientifiques, les médecins, les acteurs du domaine musical (musiciens professionnels, professeurs, amateurs…) et artistique sur ces sujets.

 --> Leur site :  https://www.medecine-des-arts.com/fr/articles/home.php

C.P : A propos des écoles de musique, est-ce qu’il y a des recommandations que vous feriez dans le cadre de la Covid 19 ?

Dr. Arcier : "À l’aide de deux études allemandes et de mes connaissances personnelles, j’ai rédigé un document." [...]

--> Disponible sur le site de la Médecine des Arts : --> Cliquez

img
  © Mischa Nawrata

L’air émane avec très peu de débit des [...] cuivres, des bois et des flûtes, mais on ne sait pas ce qui reste à l’arrivée de ce petit débit d’air [...] c’est pour cela qu’on part sur une distanciation entre les musiciens plus importante. Les Allemands préconisent 2 mètres. On ne connaît pas le risque réel.

D.G : Nous savons que le covid 19 atteint le système respiratoire. Certaines personnes pensent que les musiciens qui font appellent à leurs poumons pour jouer de leur instrument ont plus ou moins été préservé du virus. Est-ce qu’il y a eu des cas ? Avons-nous assez de recul pour l’affirmer ?

Dr. Arcier : "Oui, il y a dû avoir des cas, mais on ne sait pas qui, ni où, à cause de la faiblesse de la recherche en France. [...] Je comprends que des personnes se posent ces questions, mais nous n’avons pas assez d’éléments pour y répondre”

Le sujet qui revient à plusieurs reprises dans le discours du docteur Arcier est le manque de moyens donné à la recherche pour la médecine des arts en France actuellement. Il regrette en effet qu’il n’y ait pas assez de recherches scientifiques sur le domaine de la musique, notamment concernant les problèmes qu’on fait surgir la pandémie de Covid-19 et de la santé du musicien en général à cause du manque de financement ou de la complexité administrative. Il existe finalement très peu d’études et il est donc compliqué d’intégrer dans les structures, d’enseignement particulièrement, des outils de prévention et d’information claires pour informer les artistes. 

Le docteur Arcier en appelle à tous les acteurs du domaine musicale : musiciens, professeurs, directeur de structure, luthiers, élèves, parents d’élèves… Afin que chacun amène sa pierre à l’édifice et fasse en sorte que ces connaissances soient à la porté de tout le monde.

Pour aller plus loin, quelques articles abordant l’étude encourageante faite par le docteur Fritz Sterz avec l’Orchestre Philharmonique de Vienne sur la dispersion d’aérosols par les musiciens :

  • Résumé de l’étude publié sur le site officiel de l’Orchestre Philharmonique de Vienne (publication en allemand du 18 Mai 2020) : --> Cliquez

  • Traduction française de la publication sur le blog de Nicolas Stroesser : --> Cliquez

Ainsi qu’une étude réalisée en France par la doctorante Anne Maugue et les chercheurs du laboratoire de l’université de Nice Côte d’Azur. L’enquête mise en place avant le confinement cherche à relever la quantité d’air expiré et inspiré par les musiciens d’un orchestre de 31 musiciens. Les résultats préliminaires publiées récemment qui montrent un seuil relativement élevé selon la pratique musicale contredisent l’étude de Vienne  et en appellent à  la prudence : 

  • Article de la Lettre du Musicien du 5 Juin 2020 parlant de cette étude  : --> Cliquez 
D'autres articles sur le sujet :

  • Article du site Olyrix, média dédié à l’art lyrique, datant du 21 Mai 2020 : --> Cliquez

  • Article du site Diapason, du 20 Mai 2020 : --> Cliquez


Permalink